Sensibilisation des gendarmes sur les violences faites aux femmes et aux enfants

Classé dans : Publications | 0

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet de « Prévention et réponse aux violences faites aux femmes et aux filles », Azur Développement a organisé à Brazzaville et à Pointe-Noire, respectivement les 05 et 17 juillet dernier, des ateliers de sensibilisation des gendarmes sur les violences faites aux femmes et  aux enfants. Couvrant les deux départements du pays, ce projet est financé par l’ambassade des Etats Unis au Congo.

En effet, ces ateliers ont eu pour objectifs d’améliorer la compréhension des gendarmes sur les différentes manifestations des violences faites aux femmes et aux enfants et leurs conséquences, les moyens de recours afin de prévenir les violences, sur les dispositions juridiques qui protègent les femmes et enfants victimes de violence, ainsi que solliciter la collaboration des gendarmes dans le suivi des plaintes des victimes de violence.

 

Photo de Famille. Brazzaville. Atelier de sensibilisation des gendarmes.

 

Pourquoi sensibiliser les gendarmes ?

Azur Développement identifie au moins 100 cas de violence, en majorité des cas de violence sexuelle chaque année. La prise en charge juridique et judiciaire de ces cas de violence n’est souvent pas effective. Ainsi donc, le choix des gendarmes pour ces ateliers se justifie par le fait que ces derniers jouent un rôle important dans la prévention des violences, et la prise en charge des  femmes et des enfants victimes de violence. Il est primordial qu’ils soient informés sur les différentes manifestations des violences faites aux femmes et aux enfants, et les moyens de recours afin de prévenir les violences, et sur les dispositions juridiques qui protègent les femmes et enfants victimes de violence.

Au total, 72 personnes dont 50 gendarmes à Brazzaville, contre 82 à Pointe-Noire, où 54 gendarmes, des représentants des ministères, des chefs de quartier ou de blocs, ont été sensibilisées sur les manifestations des violences et leurs conséquences.

Ces sessions de sensibilisations ont été subdivisées en deux panels au cours desquels ont été développés un certain nombre de thématiques : les différentes formes de violence faites aux femmes et enfants et leurs conséquences, les cas de violence reçus dans les guichets uniques de Brazzaville et Pointe-Noire, l’accompagnement des victimes de violence, les cas de violence reçus dans les postes de gendarmerie et procédures de prise en charge et la nécessite d’une prise en charge médicale des cas de violence, ainsi que le cadre juridique  de protection des femmes et enfants victimes de violences.

Intérêt de la sensibilisation des gendarmes

AZUR développement a remercié la gendarmerie pour sa collaboration, et sa participation autant à Brazzaville qu’à Pointe-Noire, et a rappelé l’intérêt de la protection des femmes et des filles, victimes de violence, du fait de leur vulnérabilité.

L’ambassadeur des Etats Unis au Congo présent à l’atelier de sensibilisation à Pointe-Noire a tenu à signifier : « la question du genre fait partie des politiques prises en compte par les USA, d’où l’intérêt pour l’ambassade de soutenir ce projet de lutte contre les violences ».

Le projet de « Prévention et réponse aux violences faites aux femmes et aux filles », qui se réalisera sur une durée de 12 mois dans les villes de Brazzaville et Pointe-Noire, vise à contribuer au respect des droits des femmes et filles congolaises. Les objectifs spécifiques sont : identifier et documenter les cas de violence faite aux femmes et aux enfants, sensibiliser les filles et les garçons sur les violences faites aux femmes et aux enfants, mener des actions de plaidoyer à l’endroit des magistrats, de la police et de la gendarmerie pour la protection judiciaire des femmes et des enfants victimes de violence. Près de 2500 filles et 2500 garçons seront sensibilisés sur les violences.