Les parties prenantes bâtissent des stratégies de plaidoyer pour améliorer la réponse aux violences faites aux femmes et aux filles

Classé dans : Publications | 0

Une réunion de suivi de l’atelier d’échanges tenu en juin dernier sur la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles s’est tenue ce 23 Octobre 2019 dans la chambre de commerce de Pointe-Noire. Cette rencontre a réuni 34 participants, dont des responsables des administrations publiques concernées et des représentants des organisations de la société civile.
Cette réunion avait pour objectifs d’énumérer les interventions actuelles des OSC sur les violences faites aux femmes et aux filles; de définir les questions de plaidoyer énoncées dans le communiqué final à présenter aux autorités ; d’identifier les actions collectives sur la prévention, protection et plaidoyer; et de bâtir des stratégies de plaidoyer.

La réunion a été dirigée par Mme Félicité Meno Tchiloumbou, Directrice départementale de la Promotion de la femme à Pointe-Noire.
Après les échanges, les participants ont relevé des actions prioritaires à mener. Il s’agit de la création d’un cadre de concertation de lutte contre les violences faites aux femmes et filles au niveau national; de la création d’un partenariat avec les chefs traditionnels et religieux en vue de la sensibilisation et de la prise en charge des femmes et filles; de l’organisation des campagnes de sensibilisation de masse sur les violences faites aux femmes et filles; d’organiser la levée des fonds pour accompagner et pérenniser les actions de sensibilisation et celles de prise en charge des victimes ; et de favoriser l’extension et la pérennisation du guichet unique d’assistance aux femmes et filles victimes de violence.
Les participants ont également recommandé la formation des OSC en plaidoyer et la célébration des journées internationales ont été validées.
Cette réunion de suivi a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet « renforcement du leadership féminin dans la lutte contre les violences faites aux femmes et filles » financé par l’Ambassade de France au Congo et Urgent Action Fund Africa for Women’s Rights.