Formation des OSC Congolaises dans le cadre du projet UE

Classé dans : Publications | 0

 

L’association Azur Développement a lancé officiellement le 19 juin 2018, le Projet de « Promotion des droits et autonomisation socio-économique des femmes et filles vulnérables », dont l’objectif est de contribuer à réduire la vulnérabilité des femmes et des filles par la promotion de leurs droits, la prévention des grossesses précoces et non désirées, du Vih/Sida et l’autonomisation socio-économique. Financé par l’Union européenne, ce projet s’étend sur une durée de 30 mois et couvre les départements de Brazzaville, Pointe-Noire et la Bouenza. AZUR développement travaillera avec une quinzaine d’organisations de femmes et de filles pour la réalisation de ce projet.

En effet, il est prévu dans le cadre de ce projet des activités de formation en vue du renforcement des capacités des organisations de femmes. Trois ateliers de formation ont été réalisés depuis le lancement de ce projet : l’atelier sur la Gestion des ressources, organisé du 19 au 21 Juin 2018, au siège d’AZUR Développement dans le quartier Kibouende à Mfilou, suivi de l’atelier sur la mobilisation des ressources, qui s’est tenu les jours suivants, les 22 et 23 juillet 2018. Ensuite, il a été organisé les 12 et 13 juillet dernier, l’atelier de formation sur la gestion des organisations, tenu au siège d’AZUR.

Ces activités ont  réuni l’équipe de projet des départements de Brazzaville, Pointe-Noire et la Bouenza, les responsables d’AZUR Développement et 1 membre de chaque OSC sélectionnées à Brazzaville, Pointe-Noire et la Bouenza.

Gestion d’une association ou d’un projet, comment faire ?

Les thèmes développés lors de ces ateliers ont permis de répondre aux attentes des participants de renforcer leur gouvernance associative, en termes de projet comme dans leurs organisations internes, et surtout sur comment mobiliser des ressources.

Ravis de cette initiative prise par AZUR Développement, les participants, membres des OSC partenaires ont témoigné leur satisfaction à la suite de ces ateliers.

Pédro Boutsolo, membre de l’association secours alimentaire de la Bouenza a  souligné : « C’est très important pour nous, entant que responsables d’OSC d’être formés. Je suis surtout impréssionné de la pertinence des thématiques abordées lors des ateliers. L’atelier sur la gestion des projets nous a vraiment aidé sur la façon de rédiger des projets pertinents, de nous professionnaliser, avant soumission auprès des bailleurs ».

Un autre participant a donné son assentiment sur la tenue de ces ateliers. Il s’agit de : Bredege Ngolo, de l’association Action Santé et Développement, ASD en sigle, qui a félicité AZUR pour la meilleure organisation des ateliers, ainsi que sur la coopération avec d’autres OSC sur ce projet :« j’apprécie beaucoup le travail d’AZUR. Les ateliers sont bien organisés, on ne croirait pas que c’est une association locale qui organise ces ateliers. Ça nous rend fier et nous apprenons beaucoup sur la façon de nous organiser ».

A chaque fin de formation, il est demandé aux participants de rendre compte au sein de leurs OSC respectives à travers des sessions de restitution. Roberta Mpiri, qui a représenté l’association Horizon d’Action Future de Pointe-Noire, a déclaré qu’au niveau de leur association, les restitutions de toutes ces formations auprès des autres membres ont eu lieu en présence de l’assistante de projet Pointe-Noire.

Le projet de « Promotion des droits et autonomisation socio-économique des femmes et filles vulnérables » cible spécifiquement les femmes et jeunes filles victimes de violence, séropositives, économiquement défavorisées et les déplacées des zones de crise du Pool. Il bénéficiera à près de 4000 femmes et 2000 jeunes filles, 3000 hommes et garçons.

En outre, le projet permettra à 500 jeunes filles et femmes vulnérables sensibilisées de bénéficier des opportunités de formation, des kits d’installation et des activités génératrices de revenus, afin qu’elles deviennent autonomes et puissent décider de ne plus subir des relations violentes, adopter un comportement sexuel responsable, négocier le port du préservatif, utiliser les contraceptifs pour prévenir les grossesses non désirées et prendre en charge leurs  soins de santé.